Acheter pour louer : comment financer mon investissement locatif ?

Connaître clairement sa situation est nécessaire avant toute décision pour optimiser son investissement locatif. Objectif défini ? Capacité d’emprunt évalué ? Taux d’endettement permettant de souscrire à un prêt réfléchi ? Méthodes avantageuses choisies dans ce cadre ? La réponse à ces questions permet d’investir en toute sérénité.

Aperçu de l’investissement locatif

Pour préparer sa retraite, diminuer ses impôts et agrandir sa richesse afin de la concéder à ses enfants, l’investissement locatif est un meilleur choix. Le fait de financer un investissement locatif par emprunt est toujours avantageux. Il fait augmenter le pouvoir d’achat immobilier, fait baisser les impôts et protège la famille. Nombreuses et variées sont les possibilités d’investissements tels qu’une maison (vides ou meublés), un local commercial ou encore fonds commun de placement immobilier, parking… Puis, choisir entre un bien neuf ou d’occasion présente ses avantages et inconvénients. À vous investisseur d’y apporter réflexion suivant le cas. L’achat d’une maison pour en faire des revenus locatifs peut se réaliser aussi bien en se servant de son épargne qu’en faisant un crédit immobilier. En répartissant judicieusement votre financement entre épargne et crédit, améliorer le rendement de votre investissement sera possible.

Financement à crédit

Avec le crédit amortissable, comme on le sait, le remboursement du capital est en parallèle avec les intérêts. La mensualité est composée du remboursement du capital et celui des intérêts qui ne sont pas au même rythme. La priorité appartient aux intérêts dont la proportion est plus importante les premières années que celle du capital. Après, ce sera l’inverse. Les échéances sont étalées entre 2 et 30 ans. Avec le temps qui passe, l’intérêt déductible régresse si bien que l’efficacité de l’optimisation fiscale liée à cette déduction s’affaiblit. Avec le prêt in fine, le remboursement des intérêts se fait mensuellement et celui du capital à la fin de l’opération en un jet. La mensualité serait alors plus faible qu’avec un prêt amortissable puisqu’elle est seulement composée des intérêts et les primes d’assurance. Calculés sur l’ensemble du capital tout au long du crédit, les intérêts sont plus importants. Pour l’immobilier locatif, cela fait baisser la base imposable. La fiscalité est donc optimisée et le rendement élevé.

Financement par épargne

C’est un prêt pouvant être contracté en bénéficiant de votre épargne issue d’un plan épargne logement dûment ouvert. Celle-ci, économisée au moins durant 4 ans, servira à constituer un apport personnel dans le cadre d’un prêt épargne logement. Beaucoup de Français optent pour le prêt épargne logement ou PEL. Pour une construction, un achat ou rénovation de sa résidence principale ou d’un immobilier locatif, le financement est sans risque. Après 4 années d’épargne rémunérée, la possibilité d’un crédit immobilier est prévisible dès l’ouverture du PEL. La durée du prêt est étalée sur 2 à 15 ans.

Acheter pour louer : aurais-je le temps de gérer la location ou dois-je déléguer ?
Les clés pour réussir son investissement locatif aujourd’hui